Enquête : Prêts à rentrer le 11 mai ? – Les difficultés liées à chaque fonction

Enquête : Prêts à rentrer le 11 mai ?

Les difficultés liées à chaque fonction

Synthèse de Marie-Claire CONCHA DEL DAGO, membre du Bureau académique


Pour consulter la synthèse globale des résultats de notre enquête, rendez-vous sur notre article :

Prêts à rentrer le 11 mai ? – Résultats détaillés de notre enquête


QUESTION : Votre fonction (corps, discipline) vous met-elle dans des difficultés particulières qui empêchent d’envisager sereinement l’accueil des élèves ?

I°) Dans l’enseignement primaire :

1°) La reprise en mai soulève de nombreuses interrogations chez les professeurs des écoles :

> Comment faire respecter les gestes barrières à des petits et la distanciation entre les enfants ?

> Comment rassurer les enfants anxieux ou en pleurs, consoler, moucher, soigner les bobos et habiller les petits en gardant une distanciation sociale ?

> Comment expliquer aux enfants qu’ils ne peuvent plus s’approcher des autres et jouer avec eux ?

> Comment apporter une aide individualisée sans s’approcher des élèves ?

> Comment vérifier le travail des enfants en classe et corriger les travaux dans les cahiers ? On sait que le virus reste plusieurs heures sur certaines surfaces.

> Comment gérer la classe sans pouvoir circuler parmi les élèves comme avant ?

>  Comment ne plus mutualiser le matériel? Il passe d’une main à une autre toute la journée.

> Comment faire cours à des enfants avec un masque et faire passer des consignes distinctement ? Certains élèves ont déjà du mal à distinguer des sons sans le masque.

> Comment enseigner la lecture ou la phonologie avec un masque ?

> Comment accueillir les enfants dans de bonnes conditions sanitaires ? Les WC ne sont pas suffisamment équipés dans les normes pour accueillir 15 élèves.

> Comment continuer à faire faire la sieste aux enfants en respectant la distanciation dans la petite salle de sieste ?

> Comment travailler en présentiel et en distanciel en même temps ? Quelle charge de travail supplémentaire cela va-t-il occasionner? Inquiétude très forte chez les PE. Certains ont des niveaux doubles, voire triples.

2°) La reprise en mai pose aussi des problèmes dans certaines fonctions :

 > Les TR :

Ils changent régulièrement d’écoles et sont parfois nommés sur quatre différentes. Dans ce cas, ils ont quatre fois plus de chance de contracter le virus et de le transmettre.

> Les ATSEM :

Indispensables pour seconder les PE. Plusieurs ont déjà fait savoir qu’elles ne prendront pas leur poste en mai. Leur absence posera un véritable problème de gestion de la classe et de la cantine.

> Les AVS :

Indispensables pour aider les enfants en situation de handicap.

  • En mai, certaines ne seront pas présentes auprès des enfants handicapés pour des raisons de santé. Comment va-t-on gérer les enfants sans leur aide précieuse? Qui pour les remplacer ?
  • Pour celles présentes, comment s’occuper de près des enfants et reformuler correctement les consignes non comprises de la maîtresse avec un masque ?
  • Comment apporter une aide personnalisée à des élèves à besoins spécifiques sans s’approcher d’eux. La proximité est indispensable. C’est la même relation d’aide individualisée qu’avec les élèves ULIS.
    a

a> LES DIRECTEURS d’ÉCOLE :

  • Ils sont inquiets et se demandent s’ils pourront accueillir les enfants dans des conditions sanitaires correctes. Disposeront-ils de masques ? Y aura-t-il du savon dans les toilettes ?
  • Ils redoutent la contamination des enfants ou du personnel (collègues, AVS, ATSEM, animateurs…) et d’éventuelles poursuites pénales.
  • Ils craignent la pression des parents pour que l’école garde leurs enfants à temps plein.
  • Ils ont peur de devoir gérer des enfants malades en classe.
  • Ils redoutent l’absence de collègues à la reprise.


II°) Dans l’enseignement secondaire :

1°) La reprise en mai pose des problèmes par rapport :

> Au nombre d’élèves par classe. Trop nombreux pour garantir la sécurité des élèves et du personnel. Les salles sont souvent trop petites pour garantir la distanciation préconisée et une bonne ventilation de la pièce.

> Au local et au matériel : Les salles, les poignées de porte, les bureaux et les ordinateurs dans chaque salle seront-ils désinfectés ? Et la photocopieuse ?

> Au masque et gel hydro alcoolique : En aurons-nous suffisamment ? Va-t-on pouvoir communiquer en continu avec un masque sur le nez et sur la bouche ? Va-t-on supporter les masques avec la chaleur, voire la canicule en mai-juin ?

> À l’attitude des élèves. Vont-ils jouer le jeu et respecter les gestes barrières ? Vont-ils porter des masques ?

> Au présentiel et distanciel en même temps. Les enseignants sont très inquiets de la surcharge de travail que cela pourrait engendrer. Certains collègues ont quatre niveaux différents.

2°) La reprise en mai occasionne également des difficultés spécifiques à certaines disciplines :

> Sciences :

  • Beaucoup de TP et de travail en groupe nécessitant une mise en commun du matériel. Comment poursuivre ces activités avec les gestes barrières et la distanciation sociale ?
  • Qui et comment désinfecter le matériel à chaque changement de groupe et plusieurs fois par jour ?
    a

> Technologie :

  • Travail en groupe sur postes informatiques. Qui désinfectera les postes, les claviers et les souris ? À chaque heure de cours ?
    a

> Mathématiques :

  • Prêt de calculatrices plus possible.
  • Plus de photocopies données aux élèves car risque de transmission du virus.
  • Lors d’une séance en salle informatique, comment ne pas s’approcher à moins d’un mètre des élèves pour vérifier leur travail sur l’écran de l’ordinateur ?
    a

> EPS :

Vont se poser plusieurs problèmes :

  • La gestion des vestiaires.
  • L’occupation de l’espace du gymnase pour respecter les gestes barrières et la distanciation.
  • Le contact entre élèves et avec l’enseignant.
  • Mettre en place des activités sans partage de matériel et sans contact.
  • La désinfection du gymnase après chaque classe.
  • Du port du masque en cours de sport.
    a

> Arts plastiques :

  • Le travail en groupe en ou binôme devient impossible.
  • Le partage ou le prêt de matériel n’est plus envisageable.
  • La promiscuité avec les élèves ne sera plus possible. Les élèves ne sont pas assis et circulent dans la salle, ce qui ne sera plus envisageable avec les nouvelles normes de sécurité.
    a

> Éducation musicale :

  • Il sera impossible de chanter et de faire chanter les élèves avec un masque.
  • La pratique vocale nécessite une proximité des élèves, ce qui ne sera pas possible.
    a

> Langues vivantes :

  • Impossibilité de pratiquer une langue vivante avec un masque. Faire cours la bouche masquée gêne la compréhension. Les élèves ont besoin de voir les lèvres de celui qui parle et l’expression de son visage pour comprendre.
  • On se déplace en cours également et on se touche parfois pour le besoin des sketches, ce qui ne sera plus possible à présent.
    a

> Français :

  • Part importante d’oral dans les cours. Le masque rendrait le cours inaudible.
  • Concernant la partie écrite, se pose le problème du rendu des copies sous la forme papier. Risque de contamination.
  • Maintien de l’oral du bac de français : les élèves vont passer un oral de français dans des conditions insensées, angoissantes et injustes. Les plus favorisés ont suivi les cours en audioconférence pendant le confinement et les autres, non.
    a

> Théâtre :

  • L’essentiel du cours consiste en la pratique du jeu.
  • Cette discipline est incompatible avec les gestes barrières.
    a

> Atelier en lycée professionnel :

  • TP tournant sur des machines. Il faudrait désinfecter la machine à chaque passage d’élève, ce qui est impossible.
  • Il a y a une proximité dans les ateliers et le matériel est utilisé par tous. Il faudrait sans cesse les désinfecter.
  • Manque de lavabos dans les ateliers également.
    a

> En SEGPA :

  • Elèves en grande difficulté qui vont avoir du mal à comprendre les enjeux.
  • Difficulté à leur faire respecter les consignes et les gestes barrières.
    a

3°) La fonction occupée rend difficile aussi la reprise en mai pour :

> Des professeurs titulaires en service partagé :

En poste sur deux établissements, ils ont deux fois plus de chance d’être infectés et de contaminer.

> Des TZR :

Ils se déplacent dans différents établissements et déplacent avec eux microbes et virus.

> Les documentalistes :

  • Comment désinfecter les livres et les ordinateurs du CDI ? Qui pour le faire ? Quand ?
  • Le CDI est souvent utilisé également comme une permanence quand il y a des absences de professeurs. Comment faire respecter les barrières de sécurité ?
    a

> Les CPE :

Ils manifestent leur inquiétude par rapport :

  • À l’organisation de l’internat et de la demi-pension.
  • À la garantie sanitaire pour les AED qui utilisent le même bureau et le même téléphone à la vie scolaire.
  • La sécurité de tous ceux qui entrent et qui sortent de la vie scolaire car c’est un lieu de passage incessant et un nid à virus.
  • Au suivi des élèves en présentiel + en distanciel.
  • À la redéfinition des missions des CPE à la reprise en mai.
    a

> Un CDE (collège) :

  • Inquiet pour l’accueil des élèves.
  • Inquiet s’il y a de nouvelles inscriptions.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :