Enquête : Prêts à rentrer le 11 mai ? – Solutions proposées pour le retour en classe

Enquête : Prêts à rentrer le 11 mai ?

Solutions proposées pour le retour en classe

Synthèse de Kelly GÉRARD, membre du Bureau académique


Pour consulter la synthèse globale des résultats de notre enquête, rendez-vous sur notre article :

Prêts à rentrer le 11 mai ? – Résultats détaillés de notre enquête


QUESTION : Quelles solutions proposeriez-vous pour le retour en classe ?

Panel total de sondés : 2 601
Absence de réponses : 868
Réponses à cette question : 1 733

Des non réponses :

Beaucoup de personnes qui ne répondent pas à cette question du tout, qui répondent que ce n’est pas à elles de répondre à cette question, mais aux autorités compétentes, ou qui profitent de cette case pour poser des questions, exprimer leurs inquiétudes. Beaucoup sont dans la perplexité, l’inquiétude ou la colère.

Des réponses multiples :

Très souvent, plusieurs solutions sont proposées, elles ne s’excluent pas, mais s’additionnent.


Première solution proposée : attendre

La grande majorité des enseignants consultés préconisent d’attendre :

– Attendre (220).
– Juin (44).
– Septembre (524).

Une grande partie souhaite une pré-rentrée des personnels avant la rentrée des élèves, afin de préparer la rentrée de septembre.

Un enseignant propose une reprise anticipée au 20 août pour compenser.


Deuxième solution proposée : poursuite de l’enseignement à distance

Continuer distanciel : (241).

Les enseignants pensent majoritairement que l’enseignement à distance fonctionne (avec ses qualités et défauts), et sont favorables à continuer « la classe à la maison ».

Les arguments avancés :

  • Déjà beaucoup d’investissement dans le travail à distance de la part des enseignants (création de sites, nouveaux outils maîtrisés) donc à garder.
  • Les élèves se sont habitués à ces outils et façon de faire.
  • Les élèves décrocheurs sont ceux qui décrochaient déjà en classe.
  • Pour un mois, beaucoup plus simple de continuer l’enseignement à distance plutôt que mettre en place de nouvelles procédures, peu fiables pour reprendre en présentiel, cela comporte trop de risque pour le peu de jours de cours restant.

Les limites sont les moyens de connexion, le matériel informatique (tous les élèves n’en disposent pas).


Gestion du virus
 :

– Attendre un traitement ou vaccin (36).
– Tests (82).
– Dépistage (69).
– Prise de température (21).
– Attendre le déclin de l’épidémie.
– Attendre la fin des études sur les enfants isolement des cas.
– Traçage des contacts.
– Avis des médecins, avis du Conseil scientifique (27).


Des protections efficaces
 :

De nombreuses réponses sur les moyens de protections physiques à mettre en place pour reprendre les cours :
– Désinfecter (60).
– Masques (174).
– FFP2 (10).
– Gants (22).

Le matériel devra être fourni par l’employeur, et de nombreux sondés s’interroge sur la capacité du gouvernement à leur fournir ces équipements, sachant que c’est déjà compliqué pour les soignants d’en avoir.

D’autres demandes :
– Bureaux avec paravents en plexiglas.
– Casques visières.
– Surblouses.
– Respect des distanciations sociales, par exemple à travers un engagement écrit de la famille et de l’élève à respecter la distanciation sociale, et exclusion des élèves qui ne respectent pas délibérément les consignes.


Diminuer les interactions physiques
 :

A- Gestion de l’espace :

– Pas de cantine  (46 sondés).
– Une seule salle pour les élèves, et ce sont les enseignants qui changent.
– Les élèves restent à leur table (nominatives), pour manger, et pendant les récréations.
– Plan de circulation dans l’école, réaménagement des couloirs.
– Privilégier les cours en extérieur (jardin, sport).
– Les lycéens en distanciel, et la moitié des collégiens accueillis dans les lycées, pour avoir davantage de locaux.
– Problème des établissements déjà en surcharge (700 places, 800 élèves).

B- Gestion du temps d’enseignement en présentiel :

– Demi-journée (90).
– Cours exclusivement le matin en présentiel.
– Seulement deux heures de cours par jour.

C- Gestion des élèves, plusieurs pistes :

a- Élargissement du protocole d’accueil des enfants de soignants

Les sondés sont favorables à continuer l’accueil des enfants de soignants (32)

La majorité est prête à élargir le dispositif à d’autres types d’élèves :

  • Les décrocheurs (57 réponses).
  • Les élèves sans internet, matériels informatiques.
  • Les élèves en détresse sociale (violences…).
  • Les enfants des enseignants afin que ces derniers retournent en présentiel.

Une autre piste, les sondés ont bien conscience que l’enjeu est économique, et proposent donc d’accueillir à l’école seulement les enfants dont les deux parents doivent reprendre le travail en présentiel.

Propositions autres :

  • Faire une enquête pour savoir quels élèves viendraient, et ne pas se retrouver submergés.
  • Des permanences par matière, en fonction des besoins.
    a

b- Qui reprend ?

– Lycéens : ne faire reprendre que les classes à examens
– Lycéens : pas de reprise du tout, car fin de l’année déjà faite (modalités de bac déjà connues etc)
– Écoles : Ne pas faire reprendre les plus petits (mentionné de nombreuses fois), et que les enseignants des petites classes viennent en renfort pour dédoubler les autres niveaux.
– Scolarisation par fratrie pour libérer vraiment les parents qui ont plusieurs enfants
– Problème du volontariat : on ne verra pas les décrocheurs, qui ont le plus besoin de soutien !

c- Des classes réduites

– Les cours en petits groupes sont privilégiés (moins de 15 élèves) :
Groupes (318).
– Alternance (40) :
1 niveau par jour (les 6eme le lundi, les 5eme le mardi etc.)
2h par jour de cours.
Reprise par départements, régions.
45 min de cours pour gérer le reste (désinfection des salles…).
Plusieurs propositions du type : cours en présentiel le matin, et distanciel l’après-midi pour les enfants restés chez eux.


Du coté des moyens humains
 :

De nombreuses remarques sur le manque de moyens humains et de personnels, en particulier dans les écoles élémentaires et primaires.

Quelques pistes proposées :

  • Recruter du personnel RASED pour faire face aux difficultés scolaires, psychologiques que le virus engendre.
  • 2 adultes par classe : pédagogie + sanitaire.
  • Embaucher du personnel supplémentaire.
  • Mise à contribution de tous les profs qui ne sont pas en classe en temps normal (retraités, TZR sans affectations…).

Principe du volontariat des enseignants (24).

Des propositions de reconnaissance :

  • Prime pour les enseignants volontaires à retourner en classe.
  • Reconnaissance du coronavirus comme maladie professionnelle.
  • Payer les profs en HS pour le travail à distance.

a
Ne faire reprendre que les classes d’examen (3ème, terminale) avec des disciplines présente à l’examen. (les prof de musique, arts plastiques, EPS, et profs « à risque » restent chez eux et ne sont payés qu’à 80%, les autres s’occupent en petits groupes même s’ils ne font pas partie de leur VS et sont payés à 120%.


Solutions pédagogiques
 :

Se focaliser sur les MATIÈRES PRINCIPALES (22), par exemple matières principales en présentiel, et matières secondaires en distanciel.
Abandonner le programme, se recentrer sur les notions de base.
Allègement des programmes pour l’an prochain, et révisions de la réforme du lycée.


Attentes envers les institutions « hautes »
:

Demande de davantage d’écoute du terrain, de concertation, et pas des directives déconnectées de la réalité.
Note officielle du MEN, des documents officiels, et non pas avoir connaissance de ce qui est prévu par les informations télévisées en même temps que tout le monde.
Plusieurs sondés qui demandent au MEN d’avoir l’honnêteté de dire que c’est un besoin économique et non éducatif qui dirige le retour en classe.
Le terme de « garderie » est mentionné de nombreuses fois. Les sondés ne voient pas comment faire autre chose avec : la canicule, le peu de semaines restantes, les masques, les règles à faire appliquer…
Enfin, le Conseil scientifique (27) est mentionné comme faisant autorité.


Des directives nationales ?

Les sondés sont très partagés. Certains souhaitent des directives nationalement appliquées, et d’autres pas du tout.
Que chaque établissement, voire enseignant choisisse sa façon de faire classe en fonction  de ses moyens.


Questionnement
 :

Plusieurs sondés s’interrogent sur le volontariat des familles, et craignent de ne pas revoir les élèves les plus en difficultés justement.
Flou artistique, avec les changements d’emploi du temps : risque que les élèves viennent s’engouffrer dedans.


Synthèse des mots clefs utilisés
:

Septembre 524
Élèves en décrochage 57
Attendre 220
Traitement ou vaccin 36
Continuer distanciel 241
Tests 82
Masque 174
Matières principales 22
1/2 journée 90
Désinfecter 60
Gants 22
Dépistage 69
Volontariat des enseignants 24
Juin 44
Alternance 40
Pas de cantine 46
Groupe 318
Enfants de soignants 32
Température 21
FFP2 10
Conseil scientifique 27

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :